Le décret n° 2016-347 du 22 mars 2016 émanant de l’État français facilitera, à dater du 1er juillet 2016, le renouvellement du permis de conduire des personnes établies à l’étranger et l’échange du permis français contre un permis étranger. 
Il concerne les titulaires de permis de conduire national ou international perdu, volé ou détérioré séjournant ou établis à l’étranger, les services de l’État en France et à l’étranger.
Il donne la possibilité aux titulaires d’un permis de conduire français séjournant ou établis à l’étranger, mais qui ont conservé leur résidence normale en France, de solliciter son renouvellement ou la délivrance d’un duplicata lorsque celui-ci a été perdu, volé ou détérioré. Afin de faciliter les démarches des usagers, il modifie les règles du code de la route qui déterminent la compétence territoriale des autorités administratives chargées d’enregistrer les demandes de permis de conduire et de prendre les décisions afférentes. 

Les tarifs des actes notariés ou administratifs français (droits de chancellerie) qui n’avaient pas été revus depuis 2001, voire 1981 pour certains d’entre eux sont actualisés depuis le 5 mars dernier.
La gratuité est maintenue pour les actes relatifs à l’état civil et l’inscription au Registre des Français établis hors de France.
Certains tarifs ont été créés ou adaptés pour tenir compte de la spécificité des services rendus à l’étranger :
► la différence de tarif (10 €) entre les passeports délivrés en France et ceux délivrés à l’étranger est liée au coût de l’acheminement sécurisé des passeports depuis la France vers les services consulaires ;
► la remise d’un titre sécurisé (passeport biométrique ou carte nationale d’identité) par le consul honoraire, qui évite à l’usager un déplacement au poste diplomatique ou consulaire, fait désormais l’objet d’un tarif de 8 € afin d’indemniser le consul honoraire qui exerce ses fonctions à titre bénévole.